Shopping Cart

Le Temple du CBD français

Tout savoir sur le système endocannabinoïde

systeme endocannabinoide synapse

Si vous vous intéressez à ce qu’est le CBD et que vous lisez des articles sur le sujet, vous avez forcément entendu parler du système endocannabinoïde (SEC). Il revient à chaque fois, et pour cause, c’est lui qui réagit avec non seulement le CBD, mais aussi le THC (entre autres choses, mais nous allons nous en tenir à notre sujet).

Vous voulez connaître le lien entre le SEC et le CBD ? Nous allons vous l’expliquer le plus simplement possible, et vous allez enfin comprendre pourquoi le cannabidiol ressemble à un produit miracle.

Petite histoire du système endocannabinoïde

Promis, ça sera rapide.

En fait, l’histoire du cannabis et de ses effets intéressent les chercheurs depuis très longtemps. Plus précisément, depuis le 19e siècle. Oui, ça ne date pas d’hier.
À cette époque, les chercheurs essayaient de trouver le principe actif de Cannabis Sativa (notre chanvre à nous, que l’on utilise pour les huiles par exemple).

Bon, ça n’a pas dû passionner les foules, puisqu’il faudra attendre 1964 pour que les travaux soient repris, avec succès d’ailleurs.

Ce n’est qu’en 1990 que les recherches se tournent vers le système endocannabinoïde. Après plusieurs échecs, l’équipe de chercheurs réussit enfin à trouver les récepteurs et mettre à jour leurs recherches sur le SEC.

Surprise, celui-ci est également présent chez les animaux, laissant sous-entendre que sa présence remonte à des milliers d’années. C’est donc bel et bien à une fonction ancestrale de notre organisme à laquelle nous avons affaire ici.

Comment fonctionne le système endocannabinoïde ?

Attention, ici, ça devient un peu plus technique. On va essayer de vulgariser au maximum, promis. L’important est que vous compreniez.

Le SEC (maintenant qu’il est familier, appelons-le par son petit nom) est composé de :

  • récepteurs ;
  • d’endocannabinoïdes ;
  • d’enzymes.

Ils sont au nombre de deux. Un troisième doit encore être identifié.

Le récepteur CB1 tout d’abord. On le retrouve principalement dans le système nerveux central, mais également dans de nombreuses autres parties du corps comme le cerveau, le foie, le système digestif.

Le récepteur CB2, lui, sera présent dans le système nerveux périphérique, le système immunitaire, les os…

En somme, ils sont tous les deux un peu partout, avec plus de concentration selon le récepteur et l’endroit du corps.

Les endocannabinoïdes

Endo signifie à l’intérieur. Nous avons des cannabinoïdes à l’intérieur de notre corps, libérés par les cellules nerveuses. Pour rappel, le CBD est un cannabinoïde, que l’on peut consommer, donc apporter à notre organisme.

Ils se comportent comme des neurotransmetteurs, mais à la différence de ces derniers ils sont libérés et détruits en fonction des besoins, sauf pour l’anandamide qui serait stockée et aurait plus de fonctions. C’est en tout cas ce que rapportent les études à ce jour.

Ils sont assez nombreux, et faire une liste ne serait de toute façon pas très utile, mais nous allons citer les plus connus :

  • l’anandamide ;
  • le 2-AG.

Les enzymes

Ce sont des protéines qui provoquent une action (catalyse, pour être plus classe). Dans le SEC, elles peuvent produire ou détruire les endocannabinoïdes. C’est le cas de FAAH, qui recapture et décompose l’anandamide.

Action des endocannabinoïdes et des récepteurs

Maintenant que l’on a toutes les pièces du puzzle, on va pouvoir les assembler pour comprendre comment elles fonctionnent ensemble.

En fait, c’est assez simple.

Les récepteurs (CB1 et CB2) se trouvent sur la membrane des cellules, qui séparent l’intérieur de la cellule de l’extérieur (on parle d’intra et extracellulaire).

Lorsqu’un cannabinoïde vient se fixer sur ce récepteur, il envoie un message à la cellule pour qu’elle change sa fonction.

Eh oui, on vous l’avait dit, ce n’est pas si compliqué à comprendre. Mais ça n’explique pas tout. À quoi ça sert tout ça ?

Rôle du système endocannabinoïde

Au risque de vous surprendre, le SEC a un rôle fondamental. Il permet à notre organisme d’avoir un équilibre optimal pour fonctionner correctement. Ni plus, ni moins. On peut aussi parler d’homéostasie.

L’exemple le plus parlant, mais aussi le plus repris, est celui de notre température corporelle. Elle doit être stable pour que nos fonctions vitales soient au top. Et c’est exactement le rôle du SEC.

Le système endocannabinoïde régule les systèmes endocriniens, immunitaires, nerveux… Afin qu’ils soient constamment en équilibre, assurant leur bon fonctionnement.

En somme, il permet tout simplement de rester en bonne santé.

Le CBD et son rôle sur le système endocannabinoïde

Le CBD n’agit que très peu sur les récepteurs, contrairement à son collègue, le THC. Il a une action plutôt indirecte.

Et la plus importante est sans aucun doute l’élimination de l’enzyme FAAH, cette même enzyme qui décompose l’anandamide.

De plus, il agirait sur d’autres récepteurs liés eu SEC, provoquant ainsi des réactions physiologiques.

Ses effets anti-inflammatoires, sédatifs et décontractants ne sont plus à démontrer, via l’activation/désactivation des récepteurs, que ce soit de façon directe ou indirecte.

Autre effet sympathique, il annule l’effet psychotrope du THC s’il est présent en plus grande quantité.

Ce point est particulièrement intéressant, et les chercheurs tentent de trouver le ratio idéal, permettant ainsi aux deux cannabinoïdes d’exercer une action encore plus bénéfique.

Les recherches n’en sont qu’à leur début sur le CBD et le chanvre en général, mais nul doute que les futures découvertes apporteront leur lot de bonnes nouvelles.

En attendant, le CBD a bel et bien, selon les études actuelles et les témoignages des consommateurs, des vertus bénéfiques sur notre oh combien essentiel système endocannabinoïde. Attention toutefois aux idées reçues sur le CBD !

Pour aller plus loin dans les mécanismes biologiques, voici un guide pointu sur le SEC.

Le saviez-vous ? Dans la famille des phytocannabinoïde (cannabinoïdes issus de plantes), le chanvre n’est pas le seul fournisseur.

En effet, d’autres plantes qui ont des actions sur les récepteurs peuvent vous en procurer, à des doses diverses, et certaines pourraient vous étonner. Mais pour les gourmands, le cacao, le gingembre et le poivre en font partie. Certes, ils sont peut-être moins présents. Mais ce n’est pas négligeable pour autant. Si vous voulez en savoir plus, nous vous invitons à lire cet article passionnant.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram

En savoir plus