Shopping Cart

Le Temple du CBD français

Soulager la sclérose en plaques : le CBD en renfort

sclerose en plaques

110 000. C’est le nombre de personnes atteintes de sclérose en plaques (SEP). Très handicapante, cette pathologie demande une surveillance médicale accrue ainsi que de nombreux traitements.

Ces derniers ne sont pas sans conséquence. Comme tous les médicaments, ils ont leur lot d’effets secondaires. Malheureusement, les patients atteints de sclérose ne peuvent faire l’impasse dessus.

Mais bonne nouvelle, le CBD pourrait adoucir le quotidien des malades.

La sclérose en plaques, une maladie invalidante

La sclérose en plaques est une maladie auto-immune qui touche des milliers de personnes rien que pour notre pays, et plus de deux millions de personnes dans le monde. Le système immunitaire est dysfonctionnel et se retourne contre les organes ou cellules du corps. Dans le cas de la SEP, c’est le système nerveux central qui est touché. Plus précisément, la sclérose en plaques endommage la myéline. Cette membrane entoure les axones (prolongement qui permet au neurone de communiquer avec une cellule) et sert à protéger et à isoler les fibres nerveuses.

Résultats : des lésions apparaissent sous forme de plaques (d’où le nom de la maladie), entraînant une démyélinisation, des inflammations et une dégénérescence des axones avec les conséquences que ça entraîne.

Symptômes de la sclérose en plaques

Les symptômes de la sclérose en plaques sont nombreux et variables d’une personne à l’autre, mais aussi au cours de la vie. En effet, ils dépendent de la zone touchée.

Les troubles moteurs

Les troubles moteurs dans la SEP peuvent se manifester par une faiblesse musculaire des membres supérieurs, inférieurs, ou les deux. Ces troubles peuvent limiter les mouvements, dont la marche, provoquer une paralysie partielle, une spasticité musculaire (contraction excessive d’un muscle). On peut également observer des pertes de l’équilibre et de l’élocution.

L’altération de la vision

Elle peut se manifester de différentes manières : baisse d’acuité souvent due à une atteinte du nerf optique, vision double.

Ces symptômes ne sont pas définitifs et dans 80 % des cas, la récupération est totale en six mois.

Troubles de la sensibilité

Les symptômes de la sclérose en plaques peuvent prendre la forme d’engourdissements, de picotements/fourmillements, d’une sensation d’étau, provoquer des décharges électriques et une perte de sensibilité.

Troubles cognitifs

Les difficultés de concentration et d’attention, les problèmes de mémoire, les ralentissements peuvent également faire partie des symptômes.

S’ajoute à cela de la fatigue, des problèmes sexuels et urinaires, des vertiges, ainsi que des troubles de l’humeur, voire une dépression.

Notez que les symptômes et l’évolution de cette maladie sont très différents d’une personne à l’autre.

Causes de la sclérose en plaques

Comme pour beaucoup de maladies auto-immunes, les causes de la sclérose en plaques sont difficiles à établir. Certes, les facteurs génétiques et environnementaux sont pointés du doigt.

Mais on ne sait pas exactement pourquoi le système immunitaire s’attaque à notre système nerveux.

Quelques pistes sont à explorer, comme le manque d’exposition aux UV (les pays tropicaux étant moins touchés, quelle que soit l’origine ethnique), ou bien un virus.

Mais rien n’est pour le moment certain et les investigations continuent.

Traitements de la sclérose en plaques : soulager le quotidien

Là encore, sans grande surprise, il n’existe pas de traitement contre la SEP. Les médicaments administrés ont pour but d’atténuer les symptômes, de réduire les poussées qui apparaissent lors d’une nouvelle lésion de la myéline ou lors de l’aggravation d’une lésion existante.

S’ajoutent à cela les traitements de fond qui visent à réduire l’inflammation et à ralentir le handicap.

Traiter les poussées

Afin de soulager les patients atteints de SEP et réduire les symptômes qui apparaissent, ainsi que leur durée (de quelques jours à trois semaines), on propose de la cortisone à fortes doses.

Même si cette molécule n’agit pas sur la maladie en elle-même, elle permet aux patients d’éviter de longues périodes handicapantes et douloureuses.

Traitements de fond du système immunitaire

Si la cortisone permet de réduire la durée des poussées, elle n’agit pas sur le système immunitaire. Pour cela, d’autres solutions sont proposées aux malades atteints de SEP. On parle de traitements de fond pour ralentir la progression de la maladie, même si on ne peut pas la soigner.

Néanmoins, il peut la ralentir et éviter les formes handicapantes le plus longtemps possible.

Il existe deux types de traitements de fond :

  • les immunomodulateurs ;
  • les immunosuppresseurs.

Les immunomodulateurs (interféron bêta par exemple) régulent le système immunitaire afin qu’il n’attaque pas les cellules nerveuses. C’est le traitement de première ligne.

Les immunosuppresseurs quant à eux réfrènent l’action du système immunitaire, pour là aussi l’empêcher d’attaquer l’organisme. Dans le cas présent, ils protègent la myéline.

Les traitements sont la plupart du temps complétés par de la rééducation, qui apporte des bénéfices non seulement sur la motricité, mais aussi sur le moral des patients.

Effets secondaires des traitements conventionnels

Comme tous les médicaments, ceux utilisés pour la sclérose en plaques n’échappent pas aux effets secondaires.

La cortisone, par exemple, peut entraîner des problèmes de poids, de l’ostéoporose ou des effets neuropsychiatriques.

Les immunosuppresseurs, eux, présentent un risque d’infections plus important, puisque le but de ces médicaments est de freiner l’action du système immunitaire. Sur le long terme, le risque de développer un cancer est également plus grand pour les mêmes raisons.

Le CBD pour soulager les symptômes de la sclérose en plaques

Nous avons déjà exploré de nombreuses pathologies et des effets du cannabidiol sur celles-ci. Il était normal de s’intéresser également à la SEP. Ses effets sur notre système endocannabinoïde ont déjà prouvé que cette molécule était capable de réduire fortement certains symptômes dans de nombreuses maladies, soulageant ainsi les malades. Est-ce le cas ici ? Peut-il protéger la myéline ? A-t-il une action sur les spasmes musculaires, sur la durée des crises ?

CBD et sclérose : une action contre les inflammations

L’une des principales caractéristiques du CBD est son action anti-inflammatoire. De plus en plus d’études sur cet effet voient le jour et confirment que le cannabidiol joue un rôle sur la réponse inflammatoire du système immunitaire.

Les phytocannabinoïdes (molécules contenues dans le chanvre, comme le CBD, le THC, et bien d’autres) activent les récepteurs de notre système endocannabinoïde.

Même si le CBD interagit assez peu avec les récepteurs principaux (CB1 et CB2), il agit néanmoins positivement sur l’inflammation.

Comment ?

Selon cette étude, le CBD régule le taux d’apeline, une molécule qui, entre autres, est capable de réduire l’inflammation.

Suite aux recherches sur le Covid 19 et ses formes graves, les chercheurs se sont rendus compte que les malades avaient un faible taux d’apeline dans l’organisme.

C’est ici que le CBD rentre en jeu, en augmentant le taux d’apeline, ce qui a pour conséquence de réduire les inflammations.

Si cette découverte demande à être confirmée, elle n’en reste pas moins prometteuse et peut s’appliquer à d’autres maladies inflammatoires, comme la sclérose en plaques.

D’autres études démontrent elles aussi que le cannabidiol possède des vertus contre la SEP.

Par exemple, cette étude prouve que le chanvre peut réduire la spasticité musculaire, et permet de ralentir le handicap lié à la maladie.

Le CBD protège nos neurones

Autre vertu bien connue du CBD, celle de son action sur les neurones. Celle-ci est directement liée à ses propriétés anti-inflammatoires, mais aussi à l’inhibition des glutamates dans l’organisme, responsables du ressenti de la douleur.

Mieux encore. S’il ne peut protéger la myéline, il aurait néanmoins la capacité de ralentir la dégénérescence.

Gestion du stress et de la douleur, le chanvre toujours bon élève

Les patients atteints de sclérose en plaques sont, comme beaucoup d’autres personnes souffrant de maladies chroniques ou aiguës, en proie à des douleurs, mais également au stress et à la déprime.

On connaît tous le rôle majeur du CBD dans la gestion de la douleur, mais aussi de l’anxiété, de l’angoisse…

C’est pourquoi il est recommandé en tant que déstressant et pour calmer les maux, mais aussi pour mieux dormir et éviter la dépression.

Enfin, dernier avantage lui aussi bien connu du CBD : il n’y a pas, ou très peu, d’effets secondaires, contrairement aux traitements classiques qui peuvent en causer d’assez importants.

THC, CBD, SEP : le cannabis médical en action

Le duo THC/CBD est lui aussi de plus en plus étudié en tant que cannabis médical. Là encore, des chercheurs ont voulu mettre en évidence ses effets sur la sclérose en plaques.

Pour se faire, ils ont donné à des malades des huiles de cannabis et ont observé leurs effets au fil des semaines.

Sans grande surprise, le traitement était dans la plupart des cas bien toléré (les malades ayant dû arrêter se plaignaient de somnolence), mais il a également permis de mieux dormir, de retrouver une certaine souplesse au niveau des muscles, et surtout, de diminuer la douleur.

Malheureusement, cette étude observationnelle a été menée sur un trop petit échantillon. Pour être significatif, il faudra qu’elle soit réitérée sur un plus grand nombre de personnes et approfondie.

En revanche, certains médicaments comme le Sativex, mélange de THC et CBD, montre une réduction de la spasticité chez les patients. Il a d’ailleurs reçu son AMM (autorisation de mise sur le marché) en France.

L’huile de CBD pour soulager la sclérose en plaques

Même s’il existe de nombreuses façons de consommer le CBD, comme le e-liquide pour cigarette électronique ou les gélules, l’huile de CBD reste la meilleure alternative pour atténuer les symptômes.

Son principal atout est sa rapidité d’action. En effet, en déposant les gouttes d’huile sous la langue, ses effets seront très rapides. En cas de douleur, cette vitesse est bienvenu.

Attention tout de même. L’huile de CBD fait de plus en plus d’adeptes, et l’offre répond à la demande… Sauf que beaucoup d’huiles de mauvaise qualité se retrouvent sur le marché.

Notre site vous propose une sélection de marchands triés sur le volet pour la qualité de leur huile et leur conformité (moins de 0,2 % THC).

Préférez une huile biologique et à spectre complet (full spectrum), pour profiter de la synergie de tous les cannabinoïdes et autres molécules vertueuses du chanvre.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram

En savoir plus