Shopping Cart

Le Temple du CBD français

Le CBD contre la maladie de Crohn

maladie de crohn

La maladie de Crohn est une pathologie qui touche environ 90 000 personnes en France. Elle fait partie des MICI, autrement dit, des Maladies Inflammatoires Chroniques Intestinales.

Très invalidante et encore mal connue, elle affecte la qualité de vie des personnes atteintes, même si les traitements actuels permettent d’atténuer les symptômes et la fréquence des crises. Il reste que la recherche planche et que de nouvelles portes pourraient s’ouvrir. Le CBD pourrait-il être lui aussi un espoir ?

Maladie de Crohn, un système digestif en souffrance

Cette affection est définie comme une inflammation chronique de la paroi du tube digestif. Et cela comprend tous les organes impliqués dans la digestion, de la bouche à l’anus. Il est vrai, cependant, que les formes les plus courantes se manifestent dans la partie terminale de l’intestin grêle, appelée iléon, le gros intestin et l’anus.

L’inflammation ne touche pas l’ensemble d’un organe. Elle est segmentée et asymétrique, laissant des parties “saines”.

Comme la plupart des maladies chroniques, cette maladie inflammatoire de l’intestin évolue par poussées qui se succèdent, puis par des phases de rémission. Une partie des personnes atteintes, environ 30 %, ne connaissent qu’une poussée.

Pour les autres, la maladie s’aggrave et provoque des lésions au fil du temps, causant des dommages définitifs en plus de complications diverses.

Symptômes de la maladie de Crohn

Ce n’est pas une surprise, la majorité des symptômes de la maladie de Crohn concerne le système digestif. La maladie peut toutefois évoluer en silence et être découverte par hasard suite à un problème, comme une occlusion intestinale.

Mais la plupart des patients atteints présentent des symptômes, qui durent dans le temps.

Symptômes génériques

S’ils ne sont pas représentatifs de la maladie de Crohn, ils peuvent cependant mettre la puce à l’oreille et orienter le diagnostic vers les maladies inflammatoires chroniques.

Ainsi, un amaigrissement, de la fatigue, de la fièvre et une altération générale de l’organisme sont des signes que la maladie peut provoquer.

Pour les enfants, une “cassure” de leur courbe taille/poids doit aussi alerter.

Symptômes digestifs

Beaucoup plus clairs, les symptômes digestifs permettent d’établir un diagnostic plus rapide. Ces signes sont souvent des maux de ventre, des diarrhées qui perdurent sans infection intestinale, des fausses envies d’aller à la selle, des douleurs anales avec saignements liées à une fissure anale, une tuméfaction du périnée à cause d’un abcès, des émissions de glaires et de sang si le rectum est touché.

Symptômes non digestifs

Ils sont moins fréquents, mais doivent être pris en compte. La maladie de Crohn peut se manifester par des arthrites, des inflammations de la colonne vertébrale, de l’œil, et par des atteintes dermatologiques (érythème noueux, aphtes).

Notez que les patients atteints de la maladie de Crohn sont souvent atteints par la maladie de Verneuil, pathologie dermatologique provoquant des kystes et abcès récidivants. Il en va de même pour d’autres maladies chroniques comme la spondylarthrite ankylosante. En somme, beaucoup de maladies chroniques inflammatoires semblent être liées. Ce n’est heureusement pas toujours le cas. On peut avoir la maladie de Crohn seule, mais elle est souvent accompagnée d’autres affections.

Comment diagnostique-t-on la maladie de Crohn ?

Le diagnostic se déroule en deux phases : la première fera un état des lieux des symptômes du patient, la deuxième sera composée d’examens physiques.

En somme, en fonction des révélations du patient, le médecin va orienter son diagnostic sur la maladie de Crohn.

Si elle est suspectée, il faudra alors constater les lésions, moyen le plus fiable pour trouver la maladie. Plusieurs techniques peuvent être utilisées :

  • la coloscopie ;
  • l’entérocapsule ;
  • l’entéroscanner/IRM.

Comment évolue la maladie de Crohn ?

Si cette pathologie est invalidante, une fois qu’elle est prise en charge, les personnes atteintes de la maladie de Crohn peuvent presque mener une vie normale. Néanmoins, au fil du temps, des complications peuvent apparaître, qu’elles soient digestives ou non (voire les symptômes plus hauts).

De plus, ces patients sont plus sujets au cancer colorectal. Ils sont donc très surveillés afin d’intervenir au plus vite en cas de tumeur maligne.

Hormis ces problèmes médicaux, d’autres conséquences apparaissent chez les malades, particulièrement lors de crises. En effet, il est difficile de concilier maladie, travail et bonne santé mentale.

Les patients, pendant une rémission, craignent toujours la prochaine poussée à venir. De plus, le traitement lourd et le tabou font que ces personnes se retrouvent isolées avec leur maladie. Psychologiquement, Crohn est dure à vivre et peut entraîner des déprimes, voir une dépression.

Maladie de Crohn : des traitements lourds

Le traitement de la maladie se décompose en trois parties principales, complémentaires les unes des autres. Elles permettent de soulager les symptômes, retarder l’évolution de la maladie, vivre presque normalement, calmer les douleurs, à défaut d’être curatives.

L’hygiène de vie

C’est une mesure indispensable pour toutes maladies. Ainsi les personnes atteintes devront prendre soin d’elles en dormant assez, en faisant des activités physiques, même simples (la marche par exemple) et surtout, arrêter le tabac. Ce dernier semble responsable des poussées et stopper la cigarette améliore considérablement le quotidien chez les malades.

En ce qui concerne l’alimentation, aucune restriction ni régime particulier n’est conseillé pendant une rémission, si ce n’est de manger équilibré. Pendant une poussée, en revanche, on préconise d’éviter les fibres, le lait et les polyols (édulcorants qui remplacent le sucre).

Si le stress n’aggrave pas la maladie, les personnes atteintes voient les poussées arriver lorsqu’elles sont angoissées, anxieuses. Pour éviter cela, la méditation et le sport peuvent être de grands secours.

Les médicaments

Qui dit maladie chronique dit médicaments. S’ils sont efficaces pour soulager et espacer les crises, ils ne guérissent pas de la maladie de Crohn et apportent leur lot d’effets secondaires. Mais ils restent indispensables. Ainsi, on retrouve :

  • les anti-inflammatoires ;
  • les corticoïdes ;
  • les immunosuppresseurs ;
  • les antibiotiques ;
  • les biothérapies anti-TNF alpha.

La chirurgie

Elle consiste à enlever les parties de l’intestin atteintes. La chirurgie est proposée lorsque les traitements médicamenteux ne sont pas suffisants.

Elle peut également être effectuée en urgence en cas de complications comme une perforation, une hémorragie, etc.

Malheureusement, cet acte ne garantit pas contre les récidives.

Le CBD, un complément aux traitements de la maladie de Crohn ?

Petit rappel. Le cannabidiol (CBD) est un cannabinoïde présent dans le chanvre, non psychotrope (contrairement au THC), qui agit indirectement sur le système endocannabinoïde et les récepteurs CB1 et CB2.

Ses propriétés sont de plus en plus étudiées et les chercheurs semblent être, pour le moment, d’accord sur un point : le CBD peut aider à supporter les maladies et venir en complément des traitements. En ce qui concerne la maladie de Crohn, peu d’études ont pour le moment été publiées, hormis une étude qui date de 2008 qui démontre que le CBD aurait un rôle sur la motricité intestinale, en ralentissant les contractions, et donc les douleurs abdominales.

Gageons que la recherche va encore découvrir des vertus dans les années à venir. En attendant, le CBD peut se révéler un bon allié contre la maladie de Crohn.

Un anti-inflammatoire efficace

On ne présente plus les effets anti-inflammatoires du CBD. On le retrouve d’ailleurs dans toutes les affections avec inflammations.

En régulant le système immunitaire via les récepteurs, il inhibe la production de cytokine, calmant ainsi les inflammations. Cela aiderait notamment pour réduire et espacer les poussées tant redoutées.

Autre avantage, il ne provoque pas d’effets secondaires.

Le cannabidiol calme les douleurs

L’action anti douleur du CBD est directement liée à son action anti-inflammatoire. Il est très utilisé par les patients atteints de maladies chroniques et chez ceux qui souffrent d’un cancer.

Dans le cas de la maladie de Crohn, le CBD pourrait, selon cette étude, réguler la motilité intestinale (capacité à déplacer la nourriture dans le tube digestif), réduisant ainsi la douleur.

Notez que le cannabis thérapeutique serait encore plus efficace, mais totalement illégal pour le moment.

CBD et stress

Beaucoup de consommateurs utilisent le CBD pour lutter contre le stress, l’anxiété et mieux dormir. Nous avons vu plus haut que les poussées, dans la maladie de Crohn, étaient favorisées par un état anxieux.

Le cannabidiol peut jouer le rôle de traitement complémentaire afin de limiter les crises, être plus serein dans la vie de tous les jours. Et si d’ordinaire, on parle de dommage collatéral, ici, on va plutôt évoquer les avantages collatéraux. En dormant mieux et en luttant contre l’angoisse et l’anxiété, le malade se sentira mieux, tout simplement. On peut ainsi éviter les épisodes de déprimes.

Arrêter de fumer

Le tabac est un facteur aggravant de la maladie de Crohn. Les patients qui ont arrêté de fumer constatent que les poussées se sont espacées, voire chez certains, volatilisées.

Seulement voilà, même la perspective d’une vie meilleure est avec moins de douleurs n’est pas suffisante pour arrêter de fumer. Le tabac fait partie des drogues dont il est difficile de se débarrasser.

La bonne nouvelle, c’est que le CBD peut vous aider à vous sevrer du tabagisme, grâce à ses propriétés anti stress, mais aussi en provoquant un effet de “satiété”.

De quoi se débarrasser définitivement de la cigarette.

Quelles formes de CBD prendre avec la maladie de Crohn ?

Il existe dorénavant une multitude de produits au CBD sur le marché. Le choix se fait selon vos préférences, mais vous devez aussi prendre en compte plusieurs critères, comme la rapidité d’action, la prise, etc.

Ici, nous avons retenu deux formes de cannabidiol qui peuvent être intéressantes.

L’huile de CBD

Probablement la forme la plus connue. Bien choisie (bio et spectre complet pour profiter de tous les bienfaits du chanvre), elle soulage la douleur très rapidement.

Comment ? Eh bien c’est grâce à son mode d’administration, qui se fait sous la langue. Cet endroit comporte de nombreux vaisseaux sanguins, permettant de diffuser les principes actifs rapidement. Très utile en cas de poussées.

Le e-liquide au CBD

Vous l’aurez compris. Si nous parlons ici des e-liquides au CBD, c’est pour l’arrêt du tabac, qui est très mauvais pour cette maladie.

La cigarette électronique est déjà en soi très efficace, car elle reproduit une gestuelle et une sensation (le fameux HIT lorsqu’on inhale). Ces critères sont importants pour combler le manque, tous les fumeurs le savent.

Alors pourquoi ne pas compléter avec un e-liquide au CBD, qui va en plus lutter contre le stress ?

Autres formes du CBD

Vous pourrez retrouver le CBD en infusion avec du thé ou de la tisane au cannabidiol, en gélule, et bien d’autres encore.

Vous pouvez tout à fait compléter les différents types de produits mais attention à ne pas surdoser, et à toujours demander l’avis d’un médecin avant de prendre du CBD, sous une ou plusieurs formes.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram

En savoir plus