Shopping Cart

Le Temple du CBD français

Le CBD contre l’arthrose : comment fonctionne-t-il ?

arthrose des doigts

Elle concerne 10 millions de français, dont la majorité est âgée de plus de 65 ans. Douloureuse et handicapante, l’arthrose peut faire vivre un enfer.

Les traitements actuels peuvent seulement traiter les symptômes, et non la maladie en elle-même, qui fait toujours l’objet d’études.

De plus, leurs effets sont moindres et peuvent provoquer des effets secondaires.

Il est donc intéressant de voir ce que permet le CBD, dont les propriétés répondent justement aux troubles de cette maladie.

L’arthrose, une maladie invalidante

L’arthrose, tout le monde connaît. Nous avons souvent dans notre entourage des personnes qui se plaignent de douleurs aux articulations. Le plus souvent, ces douleurs articulaires apparaissent avec l’âge, mais les personnes atteintes peuvent être jeunes.

Attention cependant de ne pas confondre avec une autre maladie articulaire, comme la polyarthrite rhumatoïde.

Mais ce qu’on sait moins, c’est ce qui se passe réellement. Tout commence avec le cartilage. Ce tissu conjonctif souple permet d’amortir les chocs, de bien répartir la pression sur l’articulation, mais également d’éviter les frottements.

C’est donc ici que les problèmes surviennent. L’arthrose détruit le cartilage et s’étend  à l’ensemble de l’articulation (os, tissus…).

L’arthrose comprend deux phases :

  • la phase chronique. La douleur et la gêne sont présentes mais modérées;
  • la phase aiguë. C’est l’inflammation de l’articulation.

Cette dernière phase provoque de vives douleurs en particulier le soir et parfois la nuit. L’évolution des crises est imprévisible.

Symptômes de l’arthrose

Les signes de l’arthrose se manifestent par une gêne et une douleur à une ou plusieurs articulations. Cette douleur est plus importante en soirée, ou lorsque l’articulation concernée est sollicitée, surtout lorsqu’il y a une inflammation.

Si la douleur est  souvent supportable le reste du temps, l’articulation est tout de même plus “raide”.

Seul un examen clinique, le plus souvent une radio, pourra dire si on a vraiment affaire à cette maladie.

Traitement classique de l’arthrose

Comme mentionné plus haut, il n’y a pas, ou peu, de traitement qui agit directement sur l’arthrose, les causes n’étant pas encore identifiées. En revanche, on sait que certains facteurs, dont la génétique, favorisent son apparition.

Ainsi, il y a deux types de traitements :

  • les médicaments ;
  • une meilleure hygiène de vie.

Les médicaments sont le plus souvent des antalgiques pour calmer la douleur, ainsi que des anti-inflammatoires pour les crises.

Néanmoins, leur prise est limitée pour éviter les effets secondaires ainsi que l’accoutumance.

Mais ces traitements doivent être accompagnés de changements dans ses habitudes.

Par exemple, perdre du poids afin d’éviter trop de pression sur les articulations. l’activité physique est aussi conseillée, mais il faut qu’elle soit adaptée.

Parfois, le traitement peut aller jusqu’à la chirurgie et aux prothèses.

C’est assez peu, c’est pourquoi les chercheurs mènent des études afin de trouver des alternatives sans effets secondaires, et efficaces.

L’utilisation du CBD (cannabidiol) est là encore plébiscitée par de nombreux patients et commence à être sérieusement étudiée, notamment pour soulager les douleurs.

Arthrose : quand le cannabidiol protège les articulations

S’il y a une chose que l’on sait sur l’arthrose, c’est que les plus vives douleurs sont inflammatoires.

Et quelle est la plus grande propriété du CBD ? Justement, son action anti-inflammatoire.

Pour rappel, une inflammation est le résultat d’une réponse du système immunitaire. Et si elle est nécessaire, elle peut vite devenir gênante et entraîner des conséquences néfastes, comme des pathologies cardio-vasculaires.

Par son action sur le système endocannabinoïde, le CBD va réguler l’inflammation en agissant sur les récepteurs (CB1, CB2, 2-AG), et calmer le système immunitaire.

Point positif, le CBD n’a pas, ou peu d’effets secondaires connus à ce jour, et ne provoque pas d’accoutumance (organisme qui s’habitue à un traitement et y répond moins bien).

Le CBD pour soulager les douleurs

Pourquoi le CBD est-il tant plébiscité ? Depuis plusieurs années, l’intérêt pour le cannabidiol ainsi que le cannabis thérapeutique (contenant du THC) ne cesse de grandir, poussant les gouvernements de plusieurs pays à revoir leur copie au sujet de cette molécule.

La question est de savoir ce qui rend le CBD si populaire.  Et la réponse est simple : ce sont principalement ses propriétés anti-douleurs, qui corrélées à celles anti-inflammatoires, font de lui un excellent antalgique, sans accoutumance, ni addiction.

Mais est-ce que cela fonctionne sur toutes les douleurs, et donc sur l’arthrose ? Eh bien, il semblerait que oui.

En 2017, le Professeur Philpott a voulu connaître les effets du cannabidiol sur l’arthrose. L’étude a été menée sur des rats, auxquels on a déclenché une arthrose.

Puis les chercheurs ont testé le CBD, en administration locale. Les résultats sont plutôt positifs, avec une diminution de la douleur, voire un blocage de celle-ci avant qu’elle n’apparaisse. Ils évitent également la formation de lésions.

De bonnes nouvelles en perspective, qu’il faut cependant confirmer avant de pouvoir utiliser le CBD comme thérapie.

L’anxiété, une pieuvre silencieuse

Elle n’est pas directement liée à l’arthrose, mais tous ceux qui souffrent de douleurs chroniques ponctuées de crises la connaissent.

La peur d’avoir, tout en sachant que ça arrivera, peut entraîner un état d’anxiété très fort, voire une dépression.

Et cela n’arrange pas la douleur, justement. Or, le CBD a un effet calmant qui permet de détendre et de chasser cette peur.

Les patients atteints d’arthrose, en prenant du CBD, vont être plus détendus et mieux profiter de leur vie, et mieux gérer la douleur.

C’est un aspect souvent négligé, mais oh combien important pour les malades, qui sont rarement suivis pour leur état psychologique.

Sous quelle forme prendre du CBD contre l’arthrose ?

Quand on ne connaît pas bien le CBD et les différentes formes qu’il peut prendre, on peut être vite perdus et acheter n’importe quoi. Il faut dire que le marché grandissant ne facilite pas les choses, et que les arnaques sont fréquentes.

Ici, nous allons recenser les produits les plus courants, pour faire un choix éclairé.

Attention : toujours demander à son médecin avant de prendre un complément, quel qu’il soit. Le chanvre ne fait pas exception, puisqu’il peut provoquer des interactions médicamenteuses.

Préférez également acheter dans des boutiques connues, évaluées, et vous fier aux annuaires.

Forme interne

Le CBD à ingérer existe sous plusieurs formats. Certains sont plus rapides à agir, d’autres plus pratiques pour doser, d’autres sont plus légers.

L’huile de CBD

Probablement la plus célèbre. L’huile de CBD se prend sous la langue, garantissant une action rapide grâce aux vaisseaux sanguins.

Choisissez une huile full spectrum (spectre complet) pour profiter de la synergie des autres cannabinoïdes (sauf le THC, interdit au-delà de 0,2%).

Préférez également une huile de CBD biologique. Personne n’a besoin de résidu de produits phytosanitaires, et la qualité est supérieure.

Gélule de CBD

Très pratique pour le dosage et pour ceux qui n’aiment pas le goût de CBD, qui est un peu spécial.

Elles se trouvent facilement dans les boutiques dédiées, mais leur action est moins rapide que l’huile. Là encore, choisissez la version biologique.

Infusions au CBD

Si vous aimez le goût du cannabidiol, pourquoi ne pas vous laissez tenter par une petite infusion ? Thé ou tisanes, il y en a pour tout le monde.

Les infusions au CBD sont peut-être moins puissantes que l’huile et les gélules. Mais elles sont de bonnes alliés pour réduire le stress, l’anxiété et favoriser le sommeil.

Forme externe

Un bon complément à la prise de chanvre en interne. L’application de baume ou gel articulaire au CBD vous permettra de traiter localement la douleur.

On a vu dans l’étude citée plus haut que l’action était efficace.

Néanmoins, attention au dosage et demandez, là encore, l’avis de professionnels si vous souhaitez user de cette molécule localement et en ingestion, afin de ne pas avoir de surdosage.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram

En savoir plus